Retailers; des partenariats pour le commerce vocal

Après Monoprix et Amazon, c’est au tour de Carrefour de lier un partenariat avec Google. Le but ? Le commerce vocal. 

Les recherches vocales sur smartphones augmentent régulièrement (50% des recherches seront vocales en 2020) et les enceintes connectées sortis par Amazon et Google vont renforcer cette tendance. Pour les retailers, c’est une opportunité en or de s’implémenter sur un marché qui commence tout juste à se lancer.

« Dans le commerce vocal, c’est la machine qui fera le choix du produit« : habitude de consommation de l’utilisateur forcément, mais aussi capacité des entreprises à s’adapter à l’infrastructure et à la technologie des objets connectés. Les premiers arrivés auront un catalogue produits adapté, donc forcément mieux référencé, que ceux qui arriveront par la suite.

On ne peut pas, pour le moment et en France, commander directement depuis les enceintes connectées; il est en revanche possible de  création de listes de courses, recommandation sur des produits complémentaires… Le commerce vocal est estimé à 40 milliards de dollars en 2022.

Un risque tout de même à la clé, la cannibalisation des retailers par les GAFA. Le risque est plus important pour Monoprix, Amazon ayant déjà son propre système de stockage et de redistribution.