Les snippets changent de taille

Certains internautes l’avaient remarqué depuis quelques jours, c’est officiellement confirmé; Google fait évoluer la longueur des snippets.

Pour rappel, les snippets sont des extraits des pages, qui s’affichent sous l’URL sur la page de votre recherche. Cet encart présent sous l’URL peut correspondre à la métadescription renseignée dans votre back-office, donc administrable, ou à un extrait du site sur lequel vous n’avez pas la main. Dans ce dernier cas, Google prend ce qui lui semble le plus pertinent en fonction de la requête de l’internaute.

La longueur de ce snippet dépendait initialement de la requêtes de l’internaute, avec une taille d’environ 130-150 signes. Google a confirmé l’allongement de snippet, sans préciser exactement les limites de cette évolution. Les premières constations permettent de l’établir à 230 caractères, sachant qu’il faudra attendre quelques semaines le temps que cette mise à jour se stabilise.

Source : https://www.rankranger.com/google-serp-features

Quelles conséquences en SEO ?

Si cette mise en place se confirme, il y aura plusieurs répercussions sur la SERP. En effet, l’allongement des snippets va décaler d’autant les URLs présents sur la page, rendant encore plus caduque le KPI de « présence sur la première page de résultat ». Il faut viser les 3 premiers résultats et idéalement la position 0.

Quid des taux de clics ? La question est la même que pour la position 0. Le CTR pourra augmenter pour les résultats des premiers résultats, qui pourront montrer plus d’informations. Au-delà le CTR pourrait reculer, du fait de la moindre visibilité sur la première page. Un contenu prenant en compte la requête mais également les questions annexes (People Also Ask) est d’autant plus d’actualité pour fournir un contexte cohérent et favoriser le clic.

La balise metadescription en danger ?

La balise metadescription n’est pas encore morte, mais peut-être connaîtra t elle le même destin que la balise Keyword. Pour le moment elle a toujours son importance et il est important de continuer à les travailler, en augmentant le nombre de caractères mis à disposition. Elles permettent de présenter une ‘richesse sémantique’ , comme le définit Olivier Andrieu, à Google afin qu’il puisse mettre en avant un contenu mieux adaptés aux requêtes. Comme souligné par Danny Sullivan, il n’est pas (pour le moment), nécessaire de réécrire toutes les métadescription – ouf…